La circulaire aux préfets du 13 mai 2011 rappelle que la personne mendiant dans la rue est soumise aux mêmes exigences que toute autre personne.

Le statut de précarité des personnes ne doit pas être une raison pour accepter la maltraitance animale. Le même raisonnement vaut pour les gens du voyage à l’origine de nombreux problèmes de souffrance animale.